Face au dualisme, le monisme de l’école Abdéritaine

A l’origine des premières théories occidentales de la connaissance, la figure de Platon (428/348 av J.-C.) s’impose comme figure de prou de la philosophie occidentale et avec elle l’épistémologie dualiste. Il institue la distinction entre le sensible et l’intelligible opposant ce qui est connaissable à ce qui ne l’est pas. Fidèle sur ce terrain à Homère, il montre que l’âme s’autonomise grâce à la philosophie,  tandis que le corps sensible doit être envisagé comme un « bourbier barbare »(1), corruptible. Dans ce contexte de triomphe de la pensée sur le corps, la corporéité est sans intérêt.

L’objet corporel sera abandonné à une médecine naissante ou benvisagé comme objet mantique divinatoire, à cent lieux de la science.

En opposition à la conception platonicienne dualiste du corps et de l’âme, une autre voie moniste, atomiste celle-ci, est fondée par Leucippe et Démocrite représentants de l’école Abdéritaine.

Leucippe (IV ème siècle avant J.C ) selon Diogène Laërce (III ème siècle av JC ) est avec son élève Démocrite, le fondateur probable de l’atomisme (2). Selon cette théorie, encore aujourd’hui d’actualité, l’univers est formé de particules les atomes, et de vide. Diogène Laërce écrivît de Leucippe : « Il estimait que toutes les choses sont illimitées et se transforment mutuellement les unes dans les autres, et que l’univers est à la fois vide et rempli de corps. » Vide, corps et mouvement.

Ces penseurs introduisent une conception de l’être humain faits d’atomes et de vide, comme les dieux qui sont soumis aux même forces,   ils  permettent de penser une unité de l’être. Corps et esprit étant constitués de la même matière.

Ces idées dominées pendant près de 25 siècles ont traversé l’histoire jusqu’à nous.  Epicure et Lucrèce en sont les prochains jalons, bien avant Spinoza permettant de penser un monisme de la modernité et à ce sillon moniste de traverser le temps jusqu’à nous.

(1) Platon. (1993b). La République. Paris : Folio-Essais.
(2) Diogenes (Laertius). (1996). Vie, doctrines et sentences des philosophes illustres. GF-Flammarion.

 

 

Terms & Conditions data-spy="scroll" data-target=".navbar" data-offset="50" data-top-offset="-70"