Parce que l’homéostatique n’est pas le sémiologique

Dans l’histoire des sciences, les signes lisibles du corps (sémiosis) ont toujours été étudiés, et ce dès le IV ème siècle avant J.C sous deux grandes formes :  Soit la personne était malade et une sémiologie médicale aidait à préciser à l’aide de signes corporels sa pathologie, par l’observation par exemple de boutons de fièvres…  Soit les signes corporels étaient des indications de l’interaction comme utiliser l’index pour indiquer la porte, mettre l’index devant la bouche pour indiquer le silence, etc…   et c’était là l’ordre d’une sémiologie de la communication.
Or, il existe une autre catégorie de signes corporels passés complètement sous le radar de l’observation : les signes homéostatiques.
Ils sont présents chaque fois qu’une personne adresse des signes à son interlocuteur sans savoir qu’elle émet des signes ; son interlocuteur n’étant pas non plus conscient que des signes qu’il ne connait pas, lui sont adressés.

Prenons un exemple :
Exemple : Une personne s’assoit sur un fauteuil mou et dans une conversation à quatre ne bouge pas et ne prend pas la parole. Rien à dire donc du point de vue sémiologique stricto-sensu.

Or cette personne silencieuse et immobile assise sur l’accoudoir gauche du fauteuil présente son hémi-visage gauche, le sourcil gauche légèrement relevé, l’oeil droit plus ouvert, l’épaule gauche avancée. Elle cligne des paupières à la fin des phrases prononcées par ses interlocuteurs.

Ces signes là ne servent ni à décrire une pathologie, ils sont hors sémiologie médicale et ne relèvent pas non plus d’une sémiologie de la communication puisqu’à priori ils ne communiquent rien et d’ailleurs personne ne les a remarqués. Ils peuvent être identifiés pourtant à partir de critères clairs, des critères positifs.

Le synergologue comprend pour avoir déjà comparé ces indicateurs corporels, que cette personne n’est ni inhibée, réservée ou en désaccord, et qu’elle se détend. Elle est en l’occurrence ouverte. L’observation de ces signes corporels homéostatiques, jamais étudiés jusque-là, a permis de faire surgir une foison d’indicateurs corporels qui étaient absents de la littérature, jusqu’à la réflexion synergologique.

Terms & Conditions data-spy="scroll" data-target=".navbar" data-offset="50" data-top-offset="-70"