Parce que des critères de distinction synergologique clairs sont apparus

Pour un sémiologue, le corps est un instrument permettant de communiquer du sens en interaction. Or le corps est aussi un « objet » qui parle de l’être sans que celui-ci ne communique et il envoie à son insu des messages que l’autre ne voit pas, ne sait pas décrypter, ne saurait pas reconnaître sur lui.

Ces signes ne sont pas des signes de communication sociale. C’est si vrai que même si ces signes sont très nombreux, ils n’apparaissaient pas dans la littérature scientifique jusqu’à aujourd’hui.

Quatre critères de distinction établissent la différence entre des signes sémiologiques et des signes synergologiques.

Évidemment le projet d’une science du langage corporel doit prendre en charge l’intégralité des signes corporels

Critère 1 : Les signes synergologiques ne sont pas observés. Ils passent totalement inaperçus dans la vie de tous les jours (alors que les signes sémiologiques sont naturellement observés).

Critère 2 : Les signes synergologiques ne sont pas interprétés dans la vie de tous les jours alors que les signes sémiologiques le sont. Ce critère est dépendant du premier.

Critère 3 : Les signes synergologiques ne laissent pas de traces dans nos mémoires.

Le signe émis est non regardé donc il n’est pas vu et sera oublié immédiatement. Nous n’en gardons pas de trace mentale ce qui rend impossible toute communication autour de lui.

Critère 4 : Les signes synergologiques ne sont pas destinés à communiquer.

Ils parlent de l’être qui les émet à son insu. On peut dire de ces signes qu’ils sont émis à l’angle mort de la conscience.

Terms & Conditions data-spy="scroll" data-target=".navbar" data-offset="50" data-top-offset="-70"